Vous allez à : Seattle ou Miami ?

Vous êtes ici : Index du forum La Ville de Seattle Domiciles [South District] Appartement de Kate Amber

[South District] Appartement de Kate Amber

Auteurs Messages
Kate Amber
Popularité :

Dans le quartier

Posté Le 04/07/2017 à 21h32

Policier - Detective
31 ans - 49 messages

Tous les objets équipés
  • équipéArme de service, en holster de ceinture à la hanche droite ; le holster dispose d'une double sécurité (pouce + index simultanés).
  • équipéCrosscall Spider X-4 (IP 68, écran renforcé), deux SIM avec international illimité (internet 5 giga) + 1 SIM secrète débranchée
Tous les objets de l'inventaire

Les 5 meilleures Compétences
  • Armes d'épaule : 3.5
  • Armes de poing : 2
  • Art du mensonge : 2
  • Discrétion : 2
  • Psychologie criminelle : 2
Toutes les Compétences

 



Elle engagea la clé dans la première serrure et déverrouilla, puis fit de même avec la seconde. South District avait la réputation -en grande partie méritée- d'être mal famée, et le propriétaire de l'immeuble où elle se trouvait faisait preuve de prudence : la très large porte était même blindée avec six points de sécurité, une bonne garantie face aux effractions en tous genres. C'avait d'ailleurs était l'une des exigences initiales de la jeune blonde qui poussa la porte, et déposa son sac à dos et sa valise à roulettes avant de refermer derrière elle la porte.

Kate détacha ses cheveux, qu'elle tenait jusque-là, comme le plus souvent, en queue de cheval, passant le chouchou noir qui les maintenait autour de son poignet droit d'un geste habitué. De la main gauche, elle secoua un peu ses cheveux pour les laisser respirer. Elle laissa échapper un soupir de lassitude, puis regarda autour d'elle.

- Eh bien, la "Maison" a fait du bon travail, avec le déménagement...

Derrière la porte d'entrée renforcée, s'ouvrait une grande pièce de plus de vingt mètres carrés, et qui faisait à la fois office de cuisine, de salon et de bureau. La pièce était peinte dans des tons blancs, gris clair et beige clair, et meublée dans des tons bois ; le sol était en parquet flottant, couleur bois clair, proprement assemblé.
Immédiatement à la droit de la blonde, il y avait un mur nu sur deux mètres de long.
A sa gauche, c'était le coin cuisine, avec un vaste plan de travail qui faisait l'angle de la pièce : le plan de travail était fait d'un simili-marbre beige ; en dessous, des plaques en bois cachaient quelques placards, un lave-vaisselle et un lave-linge avec fonction de séchoir ; dessus, étaient répartis un grand évier, un vaste plan de travail et, contre le mur de gauche, un micro-onde et juste à côté, l'un sur l'autre, deux cartons, dont l'un contenait un barbecue et l'autre une plancha, tous deux électriques. Au-dessus, des placards suspendus. En bout du coin cuisine, un grand réfrigérateur-congélateur, de couleur acier. Entre la porte d'entrée et le plan de travail, une grande poubelle d'intérieur noire.
En continuant toujours sur le mur de gauche, après le réfrigérateur, deux fenêtres s'ouvraient dans le mur Est.
Au bout, dans le coin qui suivait, à presque six mètres de l'intruse, se trouvait un grand bureau en bois sombre, et à côté un haut et profond fauteuil à roulettes en cuir ; au-dessus du bureau s'ouvrait une fenêtre de plus. A droite du bureau, dans la face Sud de l'immeuble, s'ouvrait une double porte-vitrée, qui donnait sur le balcon.
En revenant sur la face droite de la pièce, un triple placard d'ouvrait dans le mur, revenant vers Kate : il s'arrêtait sur un vide avec le mur de deux mètres de long qui partait de la porte par la droite de la blonde.
Au milieu de la pièce, se trouvaient un divan large et une table basse, et quelques grands cartons empilés.

La jeune femme s'avança un peu, et tourna à sa droite dans le renfoncement. Devant elle se trouvait un petit espace de deux mètres de longs, avec deux portes à sa droite et une porte à sa gauche.
Elle ouvrit la première porte à sa droite, la plus proche d'elle : les toilettes, avec un sol carrelé et des murs dans des tons oranges et jaunes, chauds.
Elle referma la porte et passa à la suivante. Cette fois, c'était la salle de bain. Face à elle s'ouvrait la porte vitrée d'une grande douche, et immédiatement à sa gauche, sur le mur de la porte, se trouvait une lavabo avec un grand miroir au-dessus, et juste à côté une poubelle. La pièce était éclairée par deux grandes fenêtres opaques. La grande blonde s'avança et inspecta rapidement les joints au sol de la douche et sur le bord du lavabo, et fit un peu couler l'eau. Elle ferma le débit avec un petit sourire satisfait. Elle pouvait rester sale sur le terrain, mais le matin elle avait toujours eu besoin d'une bonne douche pour se réveiller...

Elle ressortit, et ouvrit directement la porte qui était en face de celle de la salle de bain, et admira sa chambre.
Celle-ci faisait six beaux mètres carrés. Son vaste lit, de deux mètres par un mètre cinquante, était enfoncé dans le coin au fond à droite, laissant un passage le long du mur de gauche, avec un petit guéridon au bout. Au pied du lit se trouvait un haut mais peu profond placard. Dans le même mur que la porte, à droite en entrant, se trouvait un autre placard, plus profond.
Kate l'ouvrit et vérifia au fond : le coffre-fort était bien là, haute boîte métallique de trente centimètres de côté, avec sa serrure à code et à clé. La blonde leva les mains à son cou, et sortit de son col deux colliers métalliques, auxquels pendaient une clé pour l'un et deux dogs tags noires qu'elle avait fait faire par une entreprise privée pour l'autre. Elle remis le collier avec les dogs tags à son cou, et testa la clé, tourna la serrure mécanique pour aligner les chiffres, changeant de sens à quatre reprises, et ouvrit le casier. De sous la veste en cuir qu'elle portait, elle sortit son arme de service, qu'elle désarma et vérifia consciencieusement avant de l'entreposer. Les deux chargeurs de réserve et le holster de ceinture rejoignirent le Beretta dans le coffre, et elle referma la porte sans la verrouiller, laissant le collier avec la clé sur la serrure...
Elle ressortit la tête du placard, et contempla la chambre : deux fenêtres donnaient le long du lit sur l'Ouest, et une fenêtre en tête de lit donnait sur le Sud.

Elle retourna dans l'entrée et, par habitude, vérifia la porte d'entrée : elle l'avait bien verrouillée avant de s'avancer dans l'appartement. La blonde laissa tomber la veste en cuir et, se retrouvant en tee-shirt et pantalon, s'avança jusqu'à la porte vitrée et passa sur le balcon, où un rayon de soleil couchant illumina son badge officiel accroché à sa ceinture. Le balcon n'était pas très profond -un mètre environ-, mais faisait tout le mur Sud de sa nouvelle demeure.
Au moment où elle s'accoudait pour regarder devant elle, un avion de ligne passa à proximité en faisant un bruit d'enfer. Le Seattle Tacoma Airport était là, juste en face d'elle, à quelques centaines de mètres seulement.

- Oui, j'ai pas mal joué...

Kate Amber, agent de l'ATF, tout juste arrivée de San Francisco pour une nouvelle affectation à Seattle, pouvait effectivement être satisfaite d'elle-même.

Sa situation financière n'était pas exceptionnelle : malgré son statut d'agent spécial et de chef de bureau de l'ATF, elle n'avait jamais décroché que son diplôme de lycée, ce qui la classait loin derrière ses nombreux collègues diplômés de grandes écoles et universités. Certes, elle n'avait pas à rougir de sa carrière, car elle avait sué sang et eau pour obtenir ses postes et ses responsabilités, et son niveau scolaire prouvait qu'elle ne devait sa carrière qu'à elle-même. Mais néanmoins, elle n'avait pas l'aisance financière de beaucoup de ses collègues.
Aussi, lorsqu'il avait fallu qu'elle choisisse un logement sur Seattle, elle avait dû réunir plusieurs conditions. Evidemment, il devait lui être accessible en termes économiques, et pour cela il fallait qu'il soit dans une zone où les prix étaient abordables. Mais elle ne pouvait non plus, en tant qu'agent fédéral, se permettre de vivre dans un trou à rats au milieu de gens potentiellement dangereux. Et elle avait des exigences.
Heureusement, l'équilibre avait été résolu par cet appartement : la proximité de l'aéroport et la réputation de South District faisaient grandement baisser les loyers -malgré le triple vitrage qui isolait très bien l'intérieur de tout bruit-, ce qui l'avait rendu tout à fait accessible à la blonde. Dans le même temps, il répondait à ses critères personnels : un agencement pour une ou deux personnes, une grande luminosité, et une porte sécurisée ; mais également, une proximité avec les moyens de transport : l'immeuble était à cinq minutes à peine de la plus proche station de Central Link, et de là elle n'avait qu'un quart d'heure de train jusqu'à l'arrêt le plus proche du SPD Center, pour enfin finir par une dizaine de minutes à pied. Elle comptait bien acheter rapidement une moto, mais pour l'heure elle comptait rester sur ses pieds et les transports en commun. Enfin, pour ne rien gâcher, elle était au dernier étage de l'immeuble, le sixième, avec une vue assez imprenable sur la banlieue au Sud de Seattle... L'ATF l'avait bien aidé à trouver ce petit bijou, qu'elle avait pu sélectionner principalement sur plans, descriptions et photos, ce qui expliquait qu'il lui était déjà connu alors qu'elle n'y était jamais entrée ; et en bonus, il n'avait jamais été occupé par un représentant des forces de l'ordre -locales ou fédérales-, ce qui était gage d'un peu plus de discrétion, et il y avait un concierge et sa femme qui s'occupaient des communs et vivaient à demeure, gage supplémentaire de sécurité et de tranquillité.

La grande blonde laissa ses grands yeux bleus dériver sur le paysage urbain. Elle n'était pas non plus mécontente de vivre un peu à l'écart du Centre, et dans un quartier réputé "chaud", tant pour des raisons très personnelles que parce que cela lui permettait aussi d'observer de l'intérieur le déroulé des choses dans South District.

Après de longues minutes de contemplation, Kate se détourna et rentra dans l'appartement : elle avait à faire avant que la nuit ne tombe vraiment et qu'il ne soit trop tard. D'abord, il lui fallait ranger un maximum d'affaires dans les placards. Ensuite, manger un bout et se doucher, car après le voyage en avion qu'elle venait de faire, elle se sentait lasse et poisseuse de sueur. Enfin, préparer ses affaires pour le lendemain et le surlendemain : elle devait se présenter demain à la première heure au chef de la division ATF de Seattle, afin qu'il la prenne en compte dans sa juridiction, puis le jour suivant intégrer le SPD Center et se présenter à son boss chez les "flics locaux". Et puis, elle devait faire une bonne nuit, histoire de ne pas avoir l'air d'une déterrée qu'on aurait pu suspecter de trac...




[Lieu suivant]

Kate Amber
Popularité :

Dans le quartier

Posté Le 29/08/2017 à 22h11

Policier - Detective
31 ans - 49 messages

Tous les objets équipés
  • équipéArme de service, en holster de ceinture à la hanche droite ; le holster dispose d'une double sécurité (pouce + index simultanés).
  • équipéCrosscall Spider X-4 (IP 68, écran renforcé), deux SIM avec international illimité (internet 5 giga) + 1 SIM secrète débranchée
Tous les objets de l'inventaire

Les 5 meilleures Compétences
  • Armes d'épaule : 3.5
  • Armes de poing : 2
  • Art du mensonge : 2
  • Discrétion : 2
  • Psychologie criminelle : 2
Toutes les Compétences

 

[Arrivée du SPD Center]



Kate poussa la porte et la referma derrière elle avec un petit soupir. Elle s'avança un peu et laissa tomber sa veste en cuir sur le dossier du divan, et déposa le sachet contenant les emballages et notices non utilisés de son téléphone et des accessoires sur la table basse.

*....'ferai l'tri plus tard...*

Elle se sentait mentalement épuisée, et se laissa donc tomber aussi sur le divan, comme une masse. Elle détacha ses cheveux, laissant la masse blonde flotter librement, et bascula contre le dossier, la tête en arrière, le regard rivé au plafond.

La blonde réfléchissait, et plus elle réfléchissait moins elle était rassurée. Bon, le sergent avec qui elle s'était entretenue l'avait un peu rassurée, mais...quand même, quelles emmerdes semblaient s'amonceler à l'horizon au seul fait qu'elle ne s'était pas annoncée comme une fédérale lorsque les policiers municipaux étaient intervenus au centre commercial !
D'abord, cela avait l'air d'avoir mis de bien mauvais poil l'une des huiles du Center, le Capitaine Mac Dougall. Ensuite, cela avait reporté sine die son entretien avec le chef de la division ATF de Seattle, pour lequel elle ne s'attendait déjà pas à ce qu'il l'accueille à bras ouverts. Enfin, il y avait de bonnes chances pour que ça foute le bordel dans ses relations avec ses collègues du SPD : il suffisait que l'affaire filtre un poil, et elle pouvait se retrouver avec tous les municipaux de Seattle contre elle ! A son sens, tout cela ne s'annonçait guère encourageant...

- Ehhhh meeeeeerdeuuuuh...

Elle cligna les yeux fortement, puis se redressa. Enfin, au moins elle était tombée sur un bon restaurant mexicain sur le trajet du retour...pas cher, bon, et copieux ! 'faut dire que les émotions, ça creuse, n'est-ce-pas ? Bon, elle avait peut-être mangé plus que le creux causé par lesdites émotions...hum !

La Special Agent se releva et se tourna face au mur situé immédiatement à droite en entrant, s'en approchant lentement. Quelques cadres y étaient maintenant accrochés : ses diplômes et de l'ATF, mais aussi quelques rares photos, très policées et standards : la remise de ces différents diplômes et de celui du lycée -qu'elle n'affichait pas car il portait son nom du programme de protection de l'époque-, un déjeuner sur l'herbe avec des copines du lycée d'Atlanta -elle n'était plus en contact avec aucune d'elles-, une sortie avec des camarades de sa promotion "CIPT" -la formation initiale de l'ATF- dans un bar à bières, elle avec des collègues du CID avec des Special Forces de l'Army après une séance d'entraînement au tir et au close combat, une vue de son ancien bureau à Washington...
Elle pivota sur elle-même, et regarda le reste de du grand salon-cuisine. Elle n'avait jamais aimé trop personnaliser les endroits où elle vivait ou travaillait. Ce n'était pas son style, et puis d'un côté elle savait que ses affectations ne duraient pas plus de quelques années, et de l'autre elle faisait de son mieux pour garder secret son passé ; du reste, son travail avait souvent relevé des procédures du Secret-Défense, et l'avait donc d'autant plus incitée à ne pas rendre trop visible sa vie et ses activités.

Elle s'avança vers le balcon, regardant l'aéroport. Kate s'interrogea à nouveau : ce job avec une police municipale était différent de ce qu'elle avait fait jusqu'ici... Oh, collaborer avec les forces locales, elle l'avait fait. Mais travailler directement avec eux et leurs procédures, et sur des sujets variés, voilà qui changeait la donne. Elle se demanda en quoi cela pourrait impacter sa vie personnelle...elle savait qu'elle avait toujours été discrète, pour ne pas dire dissimulatrice, même avec ses collègues les plus proches : elle était de bonne composition, mais elle éludait souvent certaines questions, ou mentait par omission -voire, quand elle n'avait d'autre choix, mentait carrément...
Elle secoua la tête, et poussa un petit sifflement entre ses dents, et se détourna de la baie vitrée : non, cela lui paraissait plus impossible, plus dur encore, de se livrer à des collègues du SPD qu'à ceux de l'ATF ou des autres entités fédérales...

- Allez...au lit tôt, c'est ce que t'as de mieux à faire...

Vous êtes ici : Index du forum La Ville de Seattle Domiciles [South District] Appartement de Kate Amber

Derniers messages