Voir les messages non lus - Voir les messages que j'ai postés - Voir les topic suivis

Vous allez à : Seattle ou Miami ?

Vous êtes ici : Index du forum Profil de Stuart S. Ballister

Profil de Stuart S. Ballister

Personnage Policier, grade 0 soit , échelon 1

Stuart S. Ballister a posté 10 messages. Voir tous les messages

Vous avez 0 point de popularité avec le niveau 1 et êtes populaire dans votre quartier.

Dans le quartier

avatar

Informations de membre

Ce personnage a été inscrit par le membre Oménassaï MP
Il s'est enregistré Le 02/02/2014 à 00:14:37, soit il y a 7 ans, 10 mois, 5 jours.

Stuart S. Ballister s'est connecté pour la dernière fois Le 05/03/2014 à 23:15:29.

Informations Vitales

Date de naissance : 25/02/1986
Age : 27 ans
Lieu de naissance : St Joseph Hospital, Denver, Colorado
Situation familiale : Célibataire, sans enfants. A une petite sœur de 21 ans : Emily

Apparence

Taille : 201 cm
Poids : 81 kg
Cheveux : Bruns, courts, perpétuellement en bataille
Yeux : verts
Signes particuliers :
Cicatrice le long de l'avant-bras droit

Etudes et Occupation

Formation : Langues : Anglais - Français
- Reçoit son bac à la John F. Kennedy High School, en 2002. Entre en fac de médecine à Denver à la fin de la même année.
- Abandonne la médecine au bout de sa 4e année, en 2006.
- Enchaîne les petits boulots de 2006 à 2011, sans jamais réussir à en garder un plus de 4 mois.
- Se décide à rentrer à l'école de police d'Aurora en fin 2011. Termine sa formation en décembre 2013.
Votre Voie : Policier
Grade de début : 1
Expertise : S'il n'a pas suivi suffisamment longtemps ses études à l'école de médecine pour pouvoir s'orienter dans ce domaine, Stuart en a tout de même tiré quelques enseignements utiles.

Histoire

C'est par une froide fin d'après-midi de l'hiver 1986 que Stuart vit le jour. Premier-né de Sydney Ballister et Julie Dafeau, le garçon fut choyé par ses parents qui, suite à sa naissance, décidèrent de se marier quelques mois plus tard.

Stuart ne fait pas partie de ses personnes ayant eut une enfance particulièrement triste et injuste. Non, c'était plutôt tout le contraire : la famille Ballister était installée dans un petit pavillon au cœur de Denver, simple mais confortable ; les parents de Stuart avaient des emplois stables, son père étant employé dans une entreprise informatique et sa mère professeur d'Histoire au lycée ; Sydney et Julie étaient toujours prêts pour jouer ou organiser des sorties avec leur bambin. La mère de ce dernier alla même jusqu'à lui apprendre le français, la langue de son pays d'origine. Tout allait pour le mieux, dans le meilleur des mondes.

L'entrée de Stuart à l'école primaire se passa exactement de la même manière, c'est-à-dire sans anicroches. Obtenant des résultats excellents avec une extrême facilité, même pour les classes de primaire, et se faisant des amis sans aucune difficulté, l'enfant vivait très bien son début de scolarité.

En juillet 1993, l'arrivée d'Emily, la petite sœur de Stuart, déclencha une pointe de jalousie chez ce dernier lorsqu'il s'aperçut que c'était elle qui devenait le centre d'attention de ses parents, elle qui se faisait chouchouté, elle qu'on baladait, elle avec qui les parents jouait. Stuart trouvait ça franchement gonflé d'être relayé a second plan, et il rejetait toute la faute sur la petite Emily. Il prit donc pour résolution de l'ignorer, considérant que la petite recevait bien assez de cajoleries comme ça. Le garçon snoba donc sa petite sœur la plupart du temps, se contentant de l'école, de ses amis, et, quand ils ne s'occupaient pas de "l'autre", ses Sydney et Julie Ballister.

La scolarité de Stuart ne fut absolument pas affectée par l'agrandissement de sa famille. Ses notes persistaient à être quasi-parfaites, à tel point qu'il en venait à s'ennuyer. Devant son niveau, on lui fit sauter une classe, ce qui, littéralement, ne changea rien à la situation. Les A tombaient toujours du ciel sans qu'un énorme effort soit nécessaire au garçon.

Stuart tint la promesse qu'il s'était faite - celle concernant Emily - jusqu'au milieu de ses années collège. S'il avait été persuadé, à une époque, qu'il serait capable de respecter sa parole toute sa vie, Stuart se prit très vite un violent retour à la réalité en pleine face. Sydney Ballister n'était plus simple employé, il était passé chef d'entreprise, et Julie s'occupait désormais de pas moins de 8 classes dans son lycée. La réalité était assez dure, et il fallut un certain temps à Stuart pour l'admettre : à une époque, il avait cru que ses parents n'avaient d'yeux que pour la cadette, plus que pour lui. Mais désormais, ils n'avaient plus le temps d'en avoir pour aucun de leurs deux enfants. Stuart fit donc le choix d'enterrer la hache de guerre qu'il avait brandi tout seul, et prit en charge l'éducation d'Emily, se donnant donc le rôle d'une sorte de tuteur. Ce qui était bien plus difficile que ça en avait l'air. La gamine était tout bonnement infernale. Elle s'amusait beaucoup à jouer les tours les plus pervers à son aîné, allant même jusqu'à le pousser par une fenêtre, ce qui valut à l'adolescent une longue plaie sur son bras. Malgré ça, le garçon s'évertuait à rester calme et à supporter Emily en toutes circonstances. Après tout, il méritait bien tout ce qu'elle lui infligeait, vu la façon dont il l'avait traité pendant plusieurs années...

Néanmoins, entre le lycée, ses sorties entre amis et sa petite sœur qu'il devait aider pour les devoirs et un tas d'autres trucs, Stuart se retrouvait avec un emploi du temps bien trop chargé, ce qui l'obligeait à passer à la trappe le temps qu'il accordait pour ses propres devoirs. De toutes façons, de manière général, son comportement au collège, puis au lycée, se dégrada par rapport à la petite école. Oublis de matériel, travaux non-faits, moments d'endormissement durant les cours formaient son pain quotidien. Bizarrement, ça ne l'empêcha pas d'avoir d'excellentes moyennes dans presque toutes les matières, et il empocha son bac haut la main, malgré des remarques assez négatives dans son dossier scolaire.

Intérieurement, Stuart poussa un gros soupir de soulagement. Le lycée, c'était bouclé. Fini les longues heures d'ennui forcé, le derrière vissé sur une chaise inconfortable. On le laissait enfin décider de ce qu'il voulait faire, mais surtout, il pouvait enfin passer à autre chose, s'éloigner de sa famille, et goûter à un peu plus de liberté. Bien sûr, il n'était pas à plaindre, vis-à-vis de sa situation : des parents pas trop pauvres, une grande maison, une sœur qui avait fini par devenir moins envahissante au fil des années... Il n'empêchait que jusqu'à ce moment, Stuart avait juste eut l'impression de traîner deux gros boulets, entre le milieu familial et le lycée. Du coup, c'est sur un coup de tête qu'il s'inscrivit à la fac de médecine de Denver, que ses parents financèrent sans trop de soucis, et qu'il quitta rapidement le domicile Ballister pour rejoindre un petit studio, pas loin de l'université.

Pendant un temps, Stuart se rendit aux cours enthousiaste et volontaire. Ça pouvait difficilement être pire que les années précédentes... Eh bien, en réalité, ce n'était pas mieux pour autant ! La même rengaine qu'auparavant : ennui, ennui, ennui. Et, pour rendre la chose plus frustrante encore, Stuart se trimbalait toujours avec ses facilités. Alors certes, là, il était obligé de bosser un peu pour s'en tirer, mais ça ne changeait rien au fait qu'il arrivé facilement premier de sa promotion. Néanmoins, le jeune homme hésitait à laisser tomber ses études aussi vite. Ses parents payaient tout ça beaucoup très cher pour qu'il abandonne à cause d'un de ces caprices. le garçon se démena donc pour suivre les cours, toujours plus rébarbatifs, qui allaient de l'anatomie du corps humain à l'apprentissage de la liste des micro-organismes néfastes pour l'Homme. En parallèle, il entretenait une correspondance avec sa famille, et chaque lettre devenait le brise-routine de Stuart. Ce dernier courba l'échine et fonctionna de cette façon jusqu'en août 2006. Emily lui annonçait, par écrit, qu'elle avait des problèmes, qu'elle voyait un psy. Qu'elle avait impérativement besoin de lui. Il n'en fallut pas réellement plus pour que Stuart se décide à laisser tomber la médecine et à retourner auprès de sa sœur. La famille d'abord, hein ?

Evidemment, Sydney et Julie Ballister ne prirent pas très bien le fait que leur aîné laisse tomber ses études comme ça. Stuart s'en fichait un peu pour tout dire. Il ne se sentait pas le courage de répondre aux disputes de ses géniteurs. Tout ce qui importait, c'était Emily. Celle qu'il avait accepté de prendre en charge dès son plus jeune âge. Celle qu'il l'avait appelé à l'aide. Malgré leurs 7 ans de différence, l'adolescente se dévoila à son grand frère sans problème. Elle n'en pouvait plus. Elle en avait marre. Marre du collège, marre des parents toujours absents, marre des élèves de sa classe, tous plus stupides les uns que les autres. Stuart l'écoutait, jour après jour, tentant de la rasséréner à grandes doses de son optimisme dont il avait le secret. Paradoxalement, il se rappelait parfaitement de l'époque où il haïssait sa sœur, et si on lui avait dit à l'époque qu'il se retrouverait, 13 ans plus tard, en train de jouer le psy auprès d'elle... Bien vite, les parents Ballister cessèrent de payer le loyer de leur fils. C'est pas ça qui le découragea pour autant ! Il se tapa petits boulots sur petits boulots, passant de serveur dans des bars minables à homme de ménage, sans oublier l'incontournable employé à Mc Do. Clairement, il galérait, parvenait tout juste à boucler son loyer en fin de mois. Cependant, ça ne l'empêchait pas de préserver son optimisme. Il se détendait grâce à son jogging quotidien, et il ne cessait jamais d'aller rendre visite à Emily pour qu'ils parlent de leur problème - en cachette, pour éviter à Stuart d'être vu par leurs parents. Ce petit manège dura 5 ans. Jusqu'à ce qu'Emily fasse une connerie.

C'est Stuart lui-même qui la retrouva, les bras ensanglantés, un soir de mars 2011. Elle avait tenté de se tailler les veines, et, encore heureux, elle s'y était mal pris. Stuart ne sut pas trop comment réagir. L'engueuler, paniquer, la gifler, appeler les secours ? Le jeune homme opta pour un petit mix, ôtant cependant la gifle du cocktail. Il prévint les urgences, Sydney et Julie, hurla sur sa sœur. Une partie de son monde avait failli partir en fumée. Qu'est-ce qui se serait passé s'il était arrivé quelques minutes plus tard ? Est-ce que l'adolescente aurait fini par réussir à commettre son suicide ? On emmena Emily à l'hôpital, et elle fut rapidement rejoint par le reste des Ballister. C'est la jeune femme qui annonça son choix, d'une voix tremblante, mais directe : elle voulait être internée en hôpital psychiatrique. Les parents tentèrent de l'en dissuader. Stuart, lui, ne dit rien. Ça lui faisait mal de savoir que le temps passé avec sa sœur n'avait servi à rien. Mine de rien, c'était pour elle qu'il avait passé 5 ans de sa vie dans la misère ! Pourtant, au fond, il n'arrivait pas à lui en vouloir. Il ne comprenait pas vraiment le souhait de la jeune fille ; mais au moins, il l'acceptait. A force d'insistance, Sydney et Julie l'acceptèrent aussi. Emily avait déjà tout prévu : elle voulait changer d'air. Elle demanda à aller dans une clinique psychiatrique d'Aurora. Après, tout se passa assez vite, comme d'habitude quand Stuart prenait des décisions - surtout que là, c'était mêlé à son instinct protecteur - : il chercha un appart' à Aurora, embarqua ses affaires, déménagea. Ses parents, lassés de mener une éternelle guéguerre contre leur premier-né, acceptèrent de lui payer son loyer. Il en profita pour chercher une nouvelle voie. Autre chose qu'un petit boulot minable. Un job où il ne serait pas encroûté dans une routine perpétuelle et barbante, et où il passerait ses journées ailleurs que sur une chaise. Et au fond, après avoir repasser toutes les options dans son crâne, il n'y avait bien qu'un truc auquel il n'avait encore jamais pensé se frotter : se lancer dans la police. Alors il tenta, et postula, en se disant qu'au pire, il n'aura qu'à essuyer un refus. Mi-surpris, mi-excité, il reçoit sa convocation pour passer les tests d'entrée. Et s'il réussit sans trop de problème les tests psychologiques, il eut plus de mal pour les tests physiques. Il allait falloir qu'il se mette au sport, vu comment il était maigrelet. Malgré ça, il fut reçu, et sa formation commença. Ses habitudes ne furent pas trop bouleversées, il allait toujours voir Emily quand il le pouvait. Mais la différence, c'est que cette fois-ci, il s'était lancé dans un truc qui lui plaisait.

Elle a besoin de voir la mer. Stuart vient de finir sa formation, de passer le concours et de le réussir, connaissant au final les ficelles du métier, et pouvant officiellement devenir officier de police. Il a bossé pendant un mois ou deux au poste de police d'Aurora quand la nouvelle est tombée. Emily va être transférée ailleurs. Dans une autre clinique, à Seattle. Prétendument parce qu'elle a besoin de rencontrer d'autres spécialistes et de « voir la mer ». Stuart ne sait pas vraiment laquelle des deux raisons que lui donnent les médecins le fait le plus rire. Il se demande encore pourquoi sa sœur est toujours à l'asile, et s'interroge sur l'intérêt de l'envoyer si loin. Mais Emily, de toute évidence, approuve la décision des psys, et accepte de quitter Aurora pour Seattle. Son frère reste égal à lui-même : pas question de laisser partir sa petite sœur comme ça. Rien qu'à l'idée qu'elle soit enfermée à longueur de journée, seule, dans une chambre morne et vide, le dégoûte. Alors c'est décidé : si Emily change de ville, Stuart la suit. Les parents sont prévenus, histoire qu'ils sachent ce qui arrivent à leur progéniture. C'est dur pour eux d'accepter, Stuart le sent. Mais bon, ils n'ont plus vraiment leur mot à dire. A croire qu'ils n'arrivent plus à suivre le rythme auquel les choses changent. Ils essayent bien de le dissuader, de lui dire que c'est trop loin, qu'il ne sait rien de la ville où il va... Ça n'empêche pas le jeune homme de demander à ce qu'on envoie son dossier au SPD, et de prendre l'avion pour se rendre dans l'Etat de Washington.

Stuart s'installe dans son nouveau logement, explore son nouveau quartier, tente de trouver ses repères. Il s'est trouvé un appartement pas trop loin du centre psychiatrique où se trouve Emily, dans le Centre. Il espère bien ne pas avoir à bouger avant un bout de temps, et être enfin tombé sur quelque chose de stable.

Caractère

Stuart est un éternel optimiste, qui a tendance à voir le bon côté des choses plus souvent que le mauvais. Certains le qualifient de "naïf", mais il n'en est pas encore à ce point, et parvient quand même à se rendre compte des points négatifs de ce qui lui arrive, quand il le faut. Le problème vient peut-être plus du fait qu'il ne veut pas les voir, en fait.

Il est aussi assez protecteur auprès de ses proches, parfois même un peu trop, ce qui lui vaut d'ailleurs le surnom de "papa-poule" de la part de sa sœur.

Stuart est un homme qui s'ennuie assez facilement, et qui a besoin de bouger tout le temps pour se sentir bien. Ce qui le rend parfois assez impulsif, et le fait souvent agir sans réfléchir, alors qu'il a pleinement les capacités pour...

Informations hors jeu

Interprète sur l'avatar : Andrew Garfield
Comment avez vous connu le SPD ? Grâce à un autre forum
Quelles sont vos disponibilités ? En semaine, je suis plus souvent là le soir, et pas trop longtemps, 1 heure environ. Par contre, le week-end, je suis beaucoup plus présent, normalement.
Pourquoi avoir choisi ce RPG ? Le thème qui change des RPG habituels, le cadre, les mécaniques utilisées pour le Rp.
Souhaitez-vous que votre MJ utilise votre BG dans le jeu ? Je veux qu'on utilise tout ce qui est mentionné dans mon BG.